Le prix jeunes engagé.e.s
21 mars 2020
CHANGE NOW SUMMIT
22 mars 2020

SÉMINAIRE A L’ASSEMBLÉE NATIONALE

Le Tiers Secteur de la Recherche

Le 20 Janvier 2020 se tenait un débat à l'assemblée nationale sur la place du tiers secteur de la recherche dans la future loi de programmation pluriannuelle de la recherche. Le tiers secteur de la recherche est une notion qui recouvre l’ensemble des acteurs non scientifiques et non institutionnels qui contribuent à la recherche et à l’assimilation des découvertes par les citoyens. Les structures faisant parti de Tiers Secteur de la Recherche (comme UTOPIA), n’ont pas accès aux financements publics, ne sont pas reconnus par les institutions. Ce séminaire, animé par trois élus de la majorité, avait pour objectif de démontrer l’utilité couplé au faible risque financier qu’une reconnaissance des Tiers Secteur de la Recherche (TSR) dans la loi impliquerait.

LA PARTICIPATION D'UTOPIA

ALLISS partenaire d'UTOPIA

Suite à notre prix Jeune.s Engagé.e.s, nous avons repris contact avec certains des organismes pour leur communiquer la bonne nouvelle et ainsi nous permettre d’exposer nos différentes avancées. Parmis nos destinataires, Lionel Larqué, scientifique et militant pour l’éducation populaire. Il a fondé la plateforme ALLISS pour permettre d’améliorer la relation Sciences-Société. Nous avions eu son contact par le biais de l’association Sciences Citoyennes qui, au vu de la nature de nos travaux, nous avait conseillé de prendre contact avec Lionel. Nous avions échangé un cours instant en octobre avant de reprendre contact avec lui en janvier suite au prix. A cette occasion, il nous a proposé de participer à un séminaire à l’assemblée nationale dans le cadre du projet de Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche.
 

 
 

LA LLPPR ET l'ENGAGEMENT D'ALLISS

ALLISS partenaire d'UTOPIA

Les enjeux de la LPPR porté par Lionel Larqué fondateur d'ALLISS sont très forts car les institutions de recherches subissent une crise des financements depuis plusieurs années. En effet, certains financements de chercheurs sont de plus en plus basés sur leur capacité à produire beaucoup d’articles dans des revues scientifiques au détriment de la qualité. Pour les futurs chercheurs, lors de leur choix de thèse, ils sont de plus en plus nombreux à prendre un sujet par rapport à sa facilité de financement plutôt qu’à leur intérêt pour leur thèse. Cette loi, vise donc à rebattre les cartes des modalités et des montants de financements des programmes de recherche en France pour les 10 prochaines années. Saisissant de cette opportunité, ALLISS (ne faisant pas parti des groupes de travail) tente d’introduire des notions dans cette loi qui serait bénéfique pour l’appropriation de la recherche pour les citoyens. Car en effet, à quoi bon effectuer des recherches, payer par les impôts, si elles profitent majoritairement aux entreprises ? D’après So-Sciences, près de 90 % des programmes de recherches ne bénéficient pas, même indirectement, aux citoyens.

Le Tiers Secteur de la Recherche

La notion qu’ALLISS défend s’appelle le Tiers Secteur de la Recherche (TSR), notion qui englobe l’ensemble des acteurs non scientifiques et non institutionnels qui contribuent à la recherche et à l’assimilation des découvertes par les citoyens. Les structures faisant parti de Tiers Secteur de la Recherche (comme UTOPIA), n’ont pas accès aux financements publics, ne sont pas reconnus par les institutions. Contrairement à la recherche classique, les organismes du TSR ont besoin de moyens beaucoup plus faible et contribue beaucoup plus à faire bénéficier les citoyens des avancées scientifiques.

Pour aller plus loin :

LPPR : à la veille des débats parlementaires, le "tiers secteur de la recherche" prépare le combat pour sa pleine reconnaissance institutionnelle
Call Now Button